Comme par Magie – Magie Gilbert

je lis2 comme par magie ruedelindustrie e.gilbert avis

Comme annoncé en début de semaine, je me suis essayée à l’exercice d’une critique de livre. Je dois avouer qu’avant de commencer à écrire je suis allée zieuter un peu ce que les voisins des Internets peuvent bien faire quand il s’agit de donner son avis. Comment en dire assez sans en dire trop, comment bien faire passer une émotion, un passage, une réflexion… Et puis bah j’ai attraper mon clavier et me voilà.

Pour le commencement, pourquoi ai-je choisi ce livre en premier lieu? C’était une de ces périodes où j’avais besoin d’un coup de main pour trouver réponse à mes questions, ou du moins, des outils pour mieux y parvenir moi-même. J’errais dans le rayon Développement personnel et Santé-Bien-être et demandais à mon Monsieur «comment tu choisis tes livres toi?» « Par la couleur, la couverture, ça me parle…» Bien. J’essaierais donc. Je retourne alors vers un livre qui m’avait attiré l’œil peu de temps avant. Il s’agissait de COMME PAR MAGIE, vivre sa créativité sans la craindre, d’Elizabeth Gilbert. Elle a également écrit Mange, prie, aime, que vous connaissez déjà surement, soit pour le livre ou bien le film avec Julia Roberts.

Le résumé de la quatrième de couverture explique qu’à travers ce livre, E. Gilbert nous partage son processus afin de laisser notre créativité prendre place dans notre quotidien et de parvenir à dompter nos peurs, trop souvent maîtresses de nos actes. Je m’attendais presque à lire au tout début «C’est à toi que je dédie ce livre Marie». Mais en fait, non. Tant pis je lui en veux pas, j’ai rectifié au crayon.

Bien, maintenant, qu’est-ce qu’on y trouve dans ces 300 pages? J’ai décidé de vous parler des 3 premières parties (il y en a 6) histoire de vous mettre dans l’ambiance et de garder un peu de mystère pour la suite. Mais vous vous doutez bien que personne ne meurt à la fin.

je lis1 comme par magie ruedelindustrie e.gilbert avis

1ere partie : COURAGE

Ici, pour toute personne souffrant d’un manque de confiance en soit, étant dans un éternel flou intrinsèque et manquant fortement de recul sur ses compétences, MAIS sentant quand même que quelque part dans toute cette brume, il y a un truc qui dort tranquillement, ce passage vous donnera l’impression de lire noir sur blanc, vos craintes, vos questionnements et vos ressentis. Certains passages m’ont même émus aux larmes je ne m’en cache pas. Était-ce le fait de lire l’état dans lequel je me sens, décrit de façon claire? De réaliser que je n’étais pas seule? De comprendre que oui, c’est un vrai problème? Sûrement un peu de tout ça. Mais ces quelques larmes m’ont vidée, comme pour laisser place à du changement. Un peu d’espace à remplir avec du courage dorénavant…

2ème partie : ENCHANTEMENT

Le cœur lourd, mais bien déterminée à avancer dans ce livre, qui déjà m’avait bien secouée, j’ai accueilli cette nouvelle partie avec sagesse. E. Gilbert nous y explique sa vision de ce qu’est une idée. Elle partage ce qu’elle perçoit comme étant de la magie et sa propre expérience d’une «idée qui grandit, qui dévie et qui s’en va». Bien souvent, pour toutes les raisons qui ont été mentionnées dans la partie précédente, une idée, qui aura posé ses valises dans notre tête, nous quittera si nous n’en prenons pas soin. Mal entretenue, pas la bienvenue ou sans cesse ignorée, elle finira par déménager et trouver une nouvelle maison dans la tête de quelqu’un d’autre. Et nous, pauvres bêtas, on se mangera les doigts en découvrant notre idée placardée en ville, au cinéma, dans notre poste de télé, etc. «pffff… J’avais pensé à ça il y a longtemps moi!» Oui, peut-être, mais qu’en as-tu fait? AH AH!

3ème partie : PERMISSION

Dès la lecture de ce mot, je me suis dit «rraaaa je sais ce que je vais lire, je ne veux pas l’entendre! Mais il le faut…». La permission, permettre, autoriser. Pourquoi est-ce si difficile pour moi de m’autoriser à faire quelque chose que j’aime? Pourquoi ai-je besoin de faire valider mes envies, mes idées, si celles-ci n’ont un impact que sur mon propre développement personnel ou mon bien-être?

Ne pas confondre avec les conseils, attention! On ne parle pas des consignes à respecter, des suggestions que l’on reçoit pour améliorer notre travail, non, ceux-là sont, au contraire, les bienvenus (quand ils viennent des bonnes personnes. Mais ça, c’est un autre sujet!).

E.Gilbert nous invite à identifier les sources qui nous freinent dans le fait d’accepter de vouloir mener une existence créative. Qui? Quand? Pourquoi? Nos parents, leurs générations? Notre adolescence? Notre professeur? Un ami? Pire, nous-mêmes? Un passage précis m’a fait beaucoup de bien et je me suis donné comme mission de propager la bonne nouvelle autour de moi: Oui, les choses ont déjà toutes été faites, mais, pas nous-mêmes.

Page 177 «Le temps que Shakespeare arrive à la fin de sa vie, il avait traité à peu près tous les sujets existants, mais cela n’empêcha pas presque 5 siècles d’écrivains d’explorer à leur tour les mêmes sujets.»

Imaginez nos musées, nos libraires, nos postes de radio, nos cinémas, nos concerts si les auteurs doivent innover sans cesse sous prétexte qu’il ne faut pas aborder deux fois le même sujet?! J’ai adoré ce passage et pris conscience à quel point je m’interdisais de faire, ou de parler de ce qui me plait simplement parce que c’était déjà fait. Et bien, par exemple, il en existe des millions. Mais tenu par Marie Moi, zéro! Et c’est valable dans tout! Pour tout! Et pour tout le monde! N’est-ce pas une excellente nouvelle?

Je m’arrête là avant d’en dévoiler trop. Sachez que les parties suivantes traitent de la PERSISTANCE, la CONFIANCE et la DIVINITÉ. Un beau programme! J’espère que ce résumé un peu «spoiler» (maman, ça veut dire «gâcher la fin, gâcher la surprise et ça se prononce ssspoyyyleur»), vous aura plu et convaincu d’acheter ou offrir ce livre.

À très vite! Soyez bon, soyez excellent, soyez vous!

je lis3 comme par magie ruedelindustrie e.gilbert avis

4 réflexions au sujet de « Comme par Magie – Magie Gilbert »

  1. carlotta

    j’avais adoré « Mange, prie et aime » et tu me donnes très envie de lire celui-ci (j’adore les livres de développement personnel) Je te conseille pour les bonnes ondes Alexandre Jolienne « Le philosophe nu »

    Répondre
    1. Marie Auteur de l’article

      Je n’ai pas lu Mange,pris, aime mais je pense que je vais le lire. J’en entend beaucoup de bien et l’auteur «me parle» vraiment. Je prends note aussi pour A.Jolienne. Merci pour les références!

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.